L’Arbitrage….

Tout savoir sur l’arbitrage, son règlement et ses mouvements.

Commençons par dire que l’arbitrage est une façon de rendre le Judo plus réglementaire et respectueux envers les combattants.

L’arbitrage est une obligation pendant les compétitions et ne peut en aucun cas se faire s’il n’ y a pas les arbitres centraux (sur le tatamis) et arbitres de table.

Ces 2 sortes d’arbitres ne peuvent pas être validés s’ils ne communiquent pas ensemble (donc nous comprendrons qu’il doit y avoir obligatoirement les 2 sortes d’arbitres pour un combat.

Les arbitres non officiels seront coachés par un responsable avant chaque début d’une compétition et supervisés par lui même pendant le combat.

CONNAISSANCES:

Les mots de l’abitre:

HAJIME -> commencer

MATTE -> arreter

SONOMAMA -> en cas de blessure et que l’autre combattant contrôle le combat

YOSHI -> reprise du combat (après SONOMAMA)

SOREMADE -> se prononce à la fin du combat

IPPON -> (fin du combat et maximum de points)

WAZA-ARI -> avantage de points pendant le combat mais sans interruption

YUKO -> avantage de points pendant le combat mais sans interruption

OSAEKOMI -> immobilisation et début de marquage de points

TOKETA -> sortie de l’immobilisation et arrêt de marquage de points

SHIDO -> faute légère

HANSOKU-MAKE -> faute grâve

Les points au marquage:

IPPON -> 10 points

WAZA-ARI -> 7 points

YUKO -> 5 points

Les temps d’immobilisation:

20 secondes -> IPPON

entre 15 et 19 secondes -> WAZA-ARI

entre 5 et 14 secondes -> YUKO

Les pénalités:

Chez les benjamins et minimes, il existe un avertissement gratuit pour une faute commise soit dans le cadre technique soit dans le cadre de l’éthique.

La deuxième faute engendre une pénalité qui donne un avantage pour l’adversaire.

Chez les cadets, juniors, seniors, les pénalités sont attribuées directement.

Il y’a 2 shido avant disqualification.

Les arbitres doivent se consulter pour attribuer la disqualification.

Si on disqualifie un combattant par une succession de pénalités, le combattant pourra continuer la compétition s’il est repêché.

Par contre, s’il est disqualifié directement pour une faute grave, il ne pourra pas continuer.

Premier shido : yuko pour l’adversaire.

Deuxième shido : waza-ari pour l’adversaire.

Troisième shido : consultation des arbitres.

hansoku-make : ippon pour l’adversaire.

LES GESTES DE L’ARBITRE:

gestes arbitres 1